17.4 C
Belgique

Le repreneur de Galeria Kaufhof désigné le mois prochain

Galeria (groupe Kaufhof), la société allemande qui chapeaute la marque Inno, a entamé la phase finale de son processus de rachat avec les deux candidats encore en lice.

Suite au dépôt de bilan entériné en janvier dernier après la faillite de la holding immobilière Signa et de son flamboyant propriétaire, le milliardaire autrichien René Benko, Galeria Karstadt Kaufhof avait reçu quatre offres de rachat fermes. Le groupe de grands magasins allemand est désormais entré dans la phase finale des négociations avec les deux parties retenues. Le noms du groupe américain de cosmétiques Coty, fondé par le Français François Coty (1904), a notamment été cité comme repreneur potentiel. La société dont le siège se trouve au 17e étage de l’Empire State Building est contrôlée par une des plus riches familles allemandes, les Reimann, via JAB Holding.

Si du côté de la direction de Galeria on se refuse pour l’instant à confirmer l’identité des acquéreurs potentiels, on annonce néanmoins qu’un accord final devrait être trouvé dès le mois prochain, de préférence pour la reprise de l’ensemble de la chaîne de grands magasins. C’est en tout cas ce qu’a déclaré hier mardi le curateur en charge du dossier, Stefan Denkhaus, au journal Zeit Online.

Arrivé il y a juste un an à la tête de Galeria Kaufhof, le Belge Olivier van den Bossche, ex-directeur des ventes du groupe allemand, espère toujours un redémarrage rapide du groupe grâce à ce rachat. Dès son arrivée en mars 2023, la chaîne de grands magasins, qui faisait alors déjà l’objet d’une procédure d’insolvabilité, avait procédé à une lourde restructuration et annoncé la fermeture de 52 de ses 129 magasins. Le groupe avait également demandé un rééchelonnement de ses dettes à ses fournisseurs et créanciers.

La reprise actuellement sur la table concerne l’ensemble du portefeuille restant; et les repreneurs, qui affichent tous deux une expérience dans le commerce de détail, estiment que 60 des quelque 90 magasins existants seront rentables à terme.

Exception belge

Enfin, on rappellera qu’une procédure de vente distincte reste en cours pour les 16 magasins (dont 5 à Bruxelles) de la filiale belge Inno. Contrairement à Galeria, celle-ci est totalement indépendante de la holding Signa et de ses problèmes de banqueroute.

(avec RetailDetail)

A la une