7.8 C
Belgique

6 tendances à suivre dans le secteur hôtelier belge en 2024

Les entreprises les plus performantes sont en constante évolution. Car pour rester pertinent, il faut se tenir au courant des dernières tendances du secteur. Si l’on considère le secteur hôtelier en 2024, on constate une demande accrue pour les hôtels de charme, une augmentation des clubs de membres et des cocktails de bienvenue personnalisés préparés par… l’IA.

Pour démarrer la nouvelle année, le prévisionniste néerlandais Vincent van Dijk se projette dans l’avenir. Pour le salon Independent Hotel Show Amsterdam, il a visité quelques hôtels extraordinaires en Europe à la recherche des tendances hôtelières les plus importantes pour 2024.

Rejoignons Van Dijk pour examiner certaines des tendances les plus marquantes du secteur hôtelier belge de cette année et la manière dont les gestionnaires peuvent relever au mieux ces défis.

L’utilisation de l’IA

Les problèmes de personnel restent importants. Les hôteliers ont découvert que l’intelligence artificielle peut jouer un rôle à cet égard en facilitant la communication, en répondant aux questions des clients, en effectuant des réservations (à prix personnel) et en établissant des devis pour les réunions et les événements. En même temps, dans un contexte de pénurie de personnel, les clients s’attendent à une véritable personnalisation. Van Dijk affirme : « C’est difficile pour les hôtels, car ils se sont habitués à des processus standard. Ils reconnaissent désormais que les clients veulent dépenser beaucoup plus d’argent pour des expériences uniques. » L’IA peut en partie répondre à ce besoin. L’IA crée une expérience personnalisée en identifiant mieux les besoins des clients avant, pendant et après leur séjour et en répondant plus rapidement à leurs demandes. Cela peut aller d’un cocktail de bienvenue personnalisé à un souvenir sur mesure. En sondant mieux les souhaits des clients, il y a moins de gaspillage.

Un marché plus important pour les hôtels de luxe

Selon M. Van Dijk, le marché de l’hôtellerie de luxe est également plus important en Belgique, même si les choses n’y progressent pas aussi vite qu’à Amsterdam ou à Londres, par exemple. « En Belgique, les hôtels accordent beaucoup plus d’attention aux restaurants haut de gamme. Anvers, en particulier, s’est énormément développée en tant que ville hôtelière avec de nouveaux hôtels avant-gardistes, tels que le Botanic Sanctuary, soulignant qu’Anvers est une destination culinaire. D’autres villes comme Bruxelles et Bruges ont connu une période plus difficile après l’épidémie de COVID-19 et semblent lutter un peu plus pour s’imposer au niveau international comme des villes attrayantes. Les prix des chambres ont augmenté un peu moins que dans d’autres pays ». Les meilleurs restaurants d’’hôtel, comme le Botanic Sanctuary, un programme d’une semaine avec des DJ, du théâtre et des expériences culinaires, un bien-être amélioré avec des expériences holistiques, un bien-être multisensoriel, de l’énergie naturelle … Il n’y a jamais trop de folie pour les clients d’hôtels en 2024 en termes de luxe. Il peut s’agir d’expériences grandioses, mais aussi de micro-expériences plus intimistes.

Une tendance est également notable, c’est que les grandes chaînes ouvrent de plus en plus de petits hôtels de charme. « Le marché des affaires l’exige et les gens veulent un service et une attention beaucoup plus personnels. De nos jours, tout doit être fait sur mesure. Le client d’aujourd’hui est plus exigeant et plus éloquent que jamais”.

Une plus grande attention portée à la sécurité

En cette période de conflit et d’incertitude en 2024, la protection, la sécurité et la tranquillité d’esprit sont essentielles. Les hôtels mettent davantage l’accent sur la sécurité, en utilisant là encore les nouvelles technologies. Cela peut aller d’une sécurité renforcée des chambres et des employés à des zones privées de l’hôtel réservées aux clients, comme un bar, un restaurant ou une piscine. En outre, il existe de plus en plus souvent des sections séparées , « réservées aux membres ».

Cette section réservée aux membres est à son tour liée au point précédent : le luxe. Car qui dit luxe dit généralement aussi exclusivité. Et bien sûr, cela a un prix (élevé). Nous avons déjà vu de tels clubs réservés aux membres en Belgique, avec David Lloyd, The Nine in Brussels et d’innombrables clubs de golf. Les hôtels voient également cette opportunité et, en plus des chambres spéciales, ils offrent aux membres des réservations prioritaires et des tarifs réduits, par exemple.

Des intérieurs intemporels

De plus en plus, les intérieurs et les meubles des hôtels sont fabriqués sur mesure par des designers et des artisans locaux. Cela permet de développer un style unique et de s’assurer que les intérieurs conservent un aspect intemporel, plutôt que de s’adapter à chaque fois aux dernières tendances. Autre fait notable : le minibar est de retour, plus grand que jamais. Et vous pouvez prendre cela au pied de la lettre, car en 2024 – et au-delà – vous trouverez le maxibar dans la chambre et dans le hall avec des cocktails prêts à boire, des boissons saines et fraîches.

Le minibar est de retour
Le minibar est de retour

Retour à la grande hospitalité

Dans un monde en mutation rapide qui met de plus en plus l’accent sur la durabilité, où les voyages et le tourisme de masse sont sous pression et où les évolutions technologiques se succèdent, les hôteliers reviennent à l’essence même de l’hospitalité. Les marques hôtelières utilisent leurs connaissances, leur expérience et leur marque de manière innovante pour contribuer à un monde meilleur.

Plus local

Les clients veulent des hôtels clairement ancrés dans une destination. Il n’y a pas de préférence pour un grand hôtel international, mais plutôt pour un hébergement qui s’identifie fortement à un lieu. Par exemple, avec des fournisseurs et des producteurs locaux qui garantissent l’authenticité de la cuisine, des espaces dans l’hôtel qui mettent en valeur l’art et l’artisanat locaux, et du personnel issu de la communauté locale. Après tout, sans s’immerger dans la culture locale, le voyage n’a que peu de sens.

Et plus loin dans le futur

Modifier la vision d’un hôtel a un impact important. C’est pourquoi on peut se demander ce qui se passera après 2024. Bien que ni nous, ni Van Dijk, n’ayons de boule de cristal, son expertise lui permet de faire de bonnes prédictions. Par exemple, il pense que l’habitat, le travail et les loisirs se mêleront de plus en plus. Un peu comme le concept immobilier YUST en Belgique. YUST, qui signifie Young Urban Style, a ouvert sa première succursale à Anvers en 2019, suivie de Liège et de Bruxelles en 2026 selon le calendrier prévisionnel. C’est en fait un melting-pot de concepts : habitat, court séjour, événements, nourriture et culture. Vous pouvez y réserver une chambre d’hôtel pour une courte escapade citadine, mais aussi louer un appartement pour une période plus longue.

« À l’avenir, nous verrons que la vie, le travail et les loisirs s’entremêleront de plus en plus. Les gens veulent plus de services et plus de luxe. Nous verrons donc de plus en plus d’appartements desservis par des hôtels et les gens vivront dans des hôtels pendant de plus longues périodes. Le label hôtelier deviendra alors un label de qualité et un style de vie.”

Dans les années à venir, nous verrons également de plus en plus de réunions hybrides, où une partie de la salle participera à distance et l’autre sera présente. « Pour ce dernier groupe, les réunions et la destination deviennent de plus en plus importantes. Lorsque les gens voyagent pour affaires, ils veulent tirer le meilleur parti de leur temps grâce à des rencontres sociales. Au lieu de se retrouver dans une salle de réunion ennuyeuse, les petits déjeuners, les déjeuners et les dîners deviennent beaucoup plus importants. De même, les hommes d’affaires ne veulent pas être dans un hôtel situé dans une zone industrielle à l’extérieur de la ville, mais préfèrent être au cœur de la ville ou de la nature ».

Daphne Dorgelo
Daphne Dorgelo
Daphne Dorgelo (1996) travaille chaque semaine pour Forbes, où elle rédige des articles sur le style de vie luxueux, le leadership, l'innovation, les tendances et, bien sûr, les entrepreneurs belges inspirants. Sa passion pour le journalisme et les médias s'est manifestée dès son plus jeune âge. Après avoir obtenu une licence en information aux Pays-Bas, elle s'est installée dans la ville belge du diamant il y a six ans, après avoir obtenu un master en journalisme à la KU Leuven d'Anvers. Cela fait maintenant huit ans qu'elle écrit en tant que pigiste pour divers magazines, dont quatre ans pour des magazines de style de vie belges tels que L'OFFICIEL, Fifty & Me et ELLE.

A la une