7.8 C
Belgique

Le PDG de StockX parle de la culture des baskets et de sa relation avec les marques

Scott Cutler réfléchit à l’évolution des tendances et des stratégies qui permettent à StockX de rester au cœur de la culture « hype ».

Pour être PDG d’une entreprise internationale aujourd’hui, Scott Cutler pense qu’il faut être en forme. Vraiment en forme. Scott Cutler a, entre autres, couru des marathons, parcouru neuf étapes du Tour de France et traversé les Alpes. 

« Il faut une endurance et une forme physique incroyables pour pouvoir voyager dans le monde entier », explique Scott Cutler à propos de son rôle de PDG. « Je crois aussi beaucoup au développement personnel et j’essaie donc de me dépasser dans les domaines que j’aime… de me mettre au défi de grandir ».

Depuis qu’il a quitté eBay pour rejoindre StockX en tant que PDG en 2019, Cutler a eu pour défi de faire de la « place de marché de la culture actuelle » qu’il décrit lui-même comme la plateforme de choix pour les personnes qui revendent des baskets et des vêtements de rue dans le monde entier. Son premier grand défi est survenu moins d’un an après son entrée en fonction, lorsque la pandémie mondiale a réduit les ventes de vêtements et de chaussures, suivie d’une reprise alimentée par l’inflation et d’un procès intenté par Nike pour des contrefaçons et des NFT.

Si les ventes internationales de baskets ont permis à l’entreprise de rester en mode croissance, M. Cutler affirme que la pandémie a définitivement modifié son style de direction.

« J’ai dû me présenter différemment : moins transactionnel, beaucoup plus empathique en tant que dirigeant », explique-t-il. Aujourd’hui, il a intégré des pratiques telles que les contrôles personnels et les réunions bihebdomadaires de l’ensemble de l’équipe afin de poursuivre sur cette lancée. « Être accessible et transparent s’est avéré très important au fur et à mesure que nous nous développions à l’échelle mondiale.”

« C’est une relation nuancée”
– Scott Cutler

Cependant, comme pour tout site de revente, il y a un bras de fer permanent avec des marques comme Nike, qui bénéficient du buzz supplémentaire que les listes peuvent générer, mais qui n’apprécient pas que les revendeurs utilisent des robots ou d’autres astuces pour s’emparer d’une part disproportionnée de produits destinés à de vrais fans.

« Il s’agit d’une relation nuancée », explique M. Cutler. « La décision initiale concernant la quantité de produits à mettre sur le marché est une stratégie clé que de nombreuses marques utilisent pour créer de la rareté, de la valeur de marque, de la chaleur et de l’intérêt. Cette décision détermine en fin de compte la valeur d’un produit sur le marché secondaire. C’est quelque chose que nous ne contrôlons pas ».

Cliquez sur la vidéo ci-dessus pour lire l’intégralité de l’entretien.

A la une