17.4 C
Belgique

Les échanges de crypto-monnaies : ce que les investisseurs doivent savoir

Contrairement aux actions ou aux obligations, la plupart des courtiers en investissement traditionnels ne proposent pas encore d’exposition aux crypto-monnaies à des fins de négociation. C’est pourquoi les bourses de crypto-monnaies ont été conçues comme un moyen simple pour les investisseurs d’acheter des actifs numériques. Même si la majorité de ces bourses proposent des offres similaires, comme des marchés au comptant de jetons tels que le bitcoin et l’éther, il existe de grandes différences en fonction de la quantité de jetons offerts, des autres services disponibles et de la sécurité. En outre, alors que certaines utilisent des structures d’entreprise centralisées traditionnelles, d’autres adoptent l’éthique décentralisée du secteur en évitant de donner l’impression que des personnes spécifiques sont aux commandes.

Bourses centralisées

Binance, Coinbase et Kraken sont de parfaits exemples de bourses centralisées. Les investisseurs novices ont tendance à se tourner vers ces options car elles offrent 1) une assistance à la clientèle, 2) la possibilité de corriger les erreurs ou les piratages, et 3) un niveau de protection des investisseurs que les bourses décentralisées ne peuvent tout simplement pas offrir. Par exemple, chacune de ces plateformes dispose d’une équipe qui examine les jetons à inscrire sur la liste afin de s’assurer qu’ils sont sûrs et qu’ils ne sont pas des escroqueries (bien que ces décisions ne soient pas toujours unanimes). Les bourses décentralisées ne filtrent pas les inscriptions. Bon nombre des services offerts par ces organisations reflètent ceux offerts par les bourses et les courtiers financiers traditionnels.

Frais de bourse

Les bourses centralisées tirent une grande partie de leurs revenus des frais qu’elles facturent pour l’exécution de transactions telles que les échanges et les retraits. Il est important de noter que les frais peuvent varier considérablement d’une bourse à l’autre, les frais diminuant pour les utilisateurs importants et fréquents. Étant donné que le coût de la négociation des actions, en particulier sur les bourses traditionnelles, est en moyenne proche de 0 %, les frais facturés par certaines bourses de crypto-monnaies peuvent surprendre. Pour les investisseurs qui passent des ordres jusqu’à 10 000 dollars, par exemple, les frais peuvent s’élever en moyenne à 0,5 %.

Financement du compte

Pour effectuer des transactions, les investisseurs débutants doivent transférer de la monnaie fiduciaire sur une bourse. Cette action s’appelle l’approvisionnement d’un compte et est similaire aux approches des maisons de courtage traditionnelles. Les moyens courants d’alimenter ces comptes sont 1) les cartes de crédit, 2) les cartes de débit, 3) les virements bancaires et 4) les virements électroniques.

Risques et couverture

Il y a eu de nombreux cas de piratage et de violation des échanges de cryptomonnaies, notamment des vols chez Binance (40 millions de dollars), Crypto.com (34 millions de dollars), BitMart (150 millions de dollars), AscendEX (80 millions de dollars) et IRA Financial Trust (37 millions de dollars). Ces vols s’ajoutent aux faillites de plusieurs milliards de dollars de bourses telles que FTX et Voyager ou de sociétés de prêt telles que Celsius et BlockFi qui proposaient des services d’échange d’argent.

Pour aggraver la situation, la grande majorité des investissements en crypto-monnaies ne sont pas couverts par les assurances qui protègent les produits financiers traditionnels tels que les titres et les dépôts bancaires. Les investisseurs doivent également garder à l’esprit que les bourses de crypto-monnaies, même celles qui proposent une assurance, ne remboursent généralement pas les utilisateurs dont les comptes ont été piratés en raison d’une mauvaise protection des mots de passe, de liens d’hameçonnage ou d’autres actions similaires considérées comme des erreurs de l’utilisateur.

Bourses décentralisées

Les bourses décentralisées (DEX) ont rapidement gagné en popularité depuis leur lancement en 2018. Parmi les noms les plus connus, on peut citer Uniswap, AAVE, Curve, PancakeSwap, dY/dX, SushiSwap et Balancer. Ces plateformes visent à reproduire les services des bourses centralisées (CEX) susmentionnées, mais sans la structure d’entreprise traditionnelle. Ainsi, les équipes fondatrices de ces plateformes et leurs utilisateurs tendent à s’orienter davantage vers l’éthique décentralisée de la crypto-monnaie et sont plus avertis sur le plan technologique. Par exemple, les DEX ne peuvent pas être financés par des cartes de crédit/débit ou des comptes bancaires traditionnels. Les traders doivent généralement acquérir des crypto-monnaies par leurs propres moyens, puis connecter un portefeuille, tel que MetaMask (logiciel) ou un portefeuille matériel de Trezor et Ledger, pour participer.

Les DEX ont tendance à répertorier beaucoup plus de jetons que les CEX, car il n’y a pas de gardiens pour éviter les escroqueries ou les doublons. Les utilisateurs se tournent souvent vers ces plateformes s’ils ne peuvent pas accéder à une bourse traditionnelle sur leur marché domestique ou s’ils cherchent à échanger des crypto-monnaies ésotériques. En fait, contrairement au modèle traditionnel de carnet d’ordres des bourses centralisées (adapté de la Bourse de New York, de la Bourse de Londres et du Nasdaq), les DEX utilisent un processus d’approvisionnement en liquidités connu sous le nom de « teneur de marché automatisé » (automated market maker, AMM). Les détails dépassent le cadre de ce rapport, mais les AMM se sont révélés capables de fournir une meilleure liquidité en mettant en commun des groupes de jetons qui peuvent être échangés avec des traders.

Un autre avantage de l’utilisation des DEX est que les utilisateurs peuvent recevoir des récompenses sous la forme de jetons de gouvernance natifs tels que uni (Uniswap), aave (AAVE) et curv (Curve) pour leur participation. Outre la possibilité d’échanger ces jetons, les détenteurs ont également le droit de proposer de nouvelles fonctionnalités et de voter sur des propositions clés pour leurs plateformes associées, telles que le lancement sur une nouvelle blockchain (la plupart commencent sur Ethereum).

Cependant, les DEX comportent également de nombreux risques. Par exemple, comme il s’agit essentiellement de programmes logiciels, ils sont susceptibles d’être piratés ou manipulés. Les victimes n’ont souvent que peu de recours, si ce n’est de négocier directement avec le pirate pour récupérer une partie des fonds. En outre, alors que les DEX prétendent être réellement décentralisés, nombre d’entre eux peuvent être organisés de manière plus centralisée qu’il n’y paraît au premier abord. Forbes a rapporté que la Securities and Exchange Commission (SEC) s’intéresse à l’ensemble de l’écosystème de la finance décentralisée (DeFi), qui comprend les DEX ainsi que les protocoles de prêt décentralisés. Il est possible qu’une répression réglementaire perturbe le fonctionnement ou la demande de ces plateformes, même si elles ne peuvent pas être totalement fermées.

A la une