17.4 C
Belgique

Noshaq et finance&invest.brussels montent au capital de Haemers Technologies

Haemers Technologies, le spécialiste belge de la dépollution des sols par désorption thermique in situ, vient de lever 2,1 millions d’euros auprès des actionnaires historiques du fonds d’investissement liégeois Noshaq et de finance&invest.brussels.  

Active depuis 25 ans dans le secteur de l’assainissement des sols, la société belge Haemers Technologies se démarque de ses concurrents par ses procédés basés sur la désorption thermique in situ. Celle-ci permet de dépolluer les sols contaminés sans excaver les terres au préalable. Cette solution se révèle particulièrement adaptée pour traiter les zones urbaines, par exemple lors de fuites de citernes à mazout ou les pollutions en sous-sol sous des immeubles existants.

Pour son développement BtoB et BtoC, la société avait besoin d’argent frais. Elle vient à cet effet de boucler un tour de table de 2,1 millions d’euros auprès des actionnaires historiques de Noshaq et de finance&invest.brussels, qui entrent tous deux dans le capital de Haemers Technologies par cette première prise de participation.

Expertise de niche enfin reconnue à travers le monde

Experte dans son secteur très pointu (Smart Burners ISTD et ESTD), mais souvent victime de la concurrence – parfois déloyale- de grands groupes internationaux monopolistiques, l’entreprise belge fondée par Jan Haemers a néanmoins pu se forger une solide réputation à travers le monde sur le segment de la dépollution du sol par brûlage.

La société a désormais protégé par plus de 50 brevets et demandes de brevets le dispositif qu’elle promeut et qui consiste à forer des trous dans le sol et à y insérer deux tubes: l’un est muni d’un brûleur qui chauffe le sol jusque parfois plus de 300 degrés, l’autre aspire et récolte les polluants à l’état gazeux et à les utiliser comme carburant pour alimenter le brûleur. Le procédé, affiné depuis 20 ans, permet de traiter -sans les déplacer- une large variété de polluants (mazout, solvants, mercure, dioxines, PFAS, etc.) de manière durable et abordable.

Un des appareils de combustion des gaz mis au point et brevetés par Haemers Technologies.

Désormais reconnue pour son innovation continue, Haemers Technologies déploie aujourd’hui son modèle de licence avec des entreprises de dépollution locales qui font appel à son expertise ciblée.

Ses nombreuses références sur de grandes infrastructures (sites industriels, bases militaires, anciens garages, etc.) lui ont permis d’intervenir notamment pour traiter l’agent orange au Vietnam, dépolluer le site des Jeux olympiques de Pékin en 2022 ou celui d’une raffinerie pétrolière en Italie. Tout récemment, la société a été appelée pour  dépolluer le site d’une école en région parisienne où les sols étaient lourdement contaminés et où Haemers Technologies a pu récolter plus de 300 kilos de mercure et rendre le site parfaitement dépollué pour que l’école puisse rouvrir rapidement.

Elle vient également de remporter, avec ses partenaires locaux, un important contrat d’assainissement (mercure également) de quelque 70 millions d’euros au Danemark.

Défi belge: des milliers de citernes à mazout de particuliers

A l’avenir, un défi de taille se précise: plus de 12 millions de sites contaminés ont déjà été recensés à travers le monde, dont 3 millions en Europe, et moins de 1% d’entre eux ont été assainis. Cette longue liste tend même à s’étendre avec de nouveaux polluants identifiés comme toxiques pour l’homme et la nature, à l’instar des PFAS.

Haemers Technologies travaille désormais sur  la voie à des applications adaptées aux clients particuliers, notamment ceux qui connaissent une contamination de leur propriété par une citerne à mazout, souhaitent dépolluer leur sol mais sont refusent l’idée de faire excaver leur terrain.

Cette alternative pourrait séduire de nombreux propriétaires belges, éligibles au Fonds Promaz. Très médiatisé pour l’instant, celui-ci apporte –pendant encore un an exactement– une aide financière conséquente aux propriétaires de bâtiments prêts à dépolluer leur terrain et à en faire la demande en ligne. A échelle belge, des milliers de sites sont potentiellement concernés. «Qui peut le plus peut le moins: notre système va jusqu’à parfois permettre de décontaminer les sols résidentiels à l’intérieur des habitations, dans des caves», insiste Jan Haemers, le CEO de la société à son nom.

Levée de fonds ciblée

La levée de fonds qui vient d’être bouclée doit permettre à son entreprise de poursuivre le développement de ses services: l’objectif est d’atteindre 80 postes de travail dans les deux ans, mais également d’assurer une extension des infrastructures existantes pour héberger la fabrication et l’entretien des équipements et d’adapter le centre wallon de R&D aux nouveaux marchés.

«Accueillir finance&invest.brussels et Noshaq au capital de la société nous garantit les moyens de nos ambitions à moyen terme», réagit le patron, heureux de voir son expertise enfin dûment reconnue en Belgique.

A la une