16.4 C
Belgique

Marie-Marie, l’entreprise familiale belge devenue spécialiste du linge de lit et de bain

Cette année, Marie-Marie, grand spécialiste du linge de lit et de bain, fête son 45e anniversaire. Avec un magasin ouvert depuis 10 ans à Anvers, une deuxième succursale à Knokke, une boutique en ligne en pleine expansion et deux marques propres, Marie-Marie s’est imposée sur le marché.

Ce qui a commencé en 1979 comme une société de négoce de marques textiles italiennes pour le linge de lit et de bain est devenu une entreprise qui contrôle l’ensemble de la production de couettes, d’oreillers et de duvets, ce qui lui permet de contrôler tous les aspects, de la couleur et du design à la sélection de matériaux durables et au processus de fabrication en Europe. Depuis plus de 10 ans, les sœurs Valerie et Laurence Vandenbussche, la deuxième génération, dirigent l’entreprise familiale. Elles s’appuient sur le concept que leurs parents ont construit avec dévouement.

La façade du premier bâtiment à Anvers avant le déménagement vers la Steenhouwersvest
La façade du premier bâtiment à Anvers avant le déménagement vers la Steenhouwersvest

Laurence Vandenbussche, 36 ans, est responsable de la gestion générale de l’entreprise, sur le plan stratégique et financier, ainsi que de la production interne. Valérie, 38 ans, est la responsable commerciale. Elle s’occupe des clients, des projets et des achats des collections de Marie-Marie, ainsi que du développement des produits.

Première génération Marie-Marie

Les deux ambitieuses n’ont pas chômé depuis qu’elles ont pris la suite de leurs parents. En 2017, elles ont lancé la boutique en ligne qui a permis à Marie-Marie de se faire connaître au niveau international. Et après plusieurs pop-up shops à l’essai, depuis 2021, il est également possible de visiter la boutique à Knokke. Laurence : « Nous avons grandi avec la vision et la mission de nos parents. Elles demeurent inchangées: choyer nos clients avec le meilleur linge de lit et de bain pour faire de leur maison un foyer chaleureux. »

L’accent mis sur les ventes en ligne

La décision de mettre l’accent sur les ventes en ligne a bien fonctionné. Aujourd’hui, les ventes en ligne représentent +/- 20 % du chiffre d’affaires total. « Nous pensons qu’une croissance est encore possible dans ce domaine. En tant que détaillant physique, nous avons déjà beaucoup d’expérience, mais aujourd’hui, le commerce hors ligne ne peut pas continuer à exister sans le commerce en ligne. Nous avons commencé notre présence en ligne à temps, et nous étions donc prêts à nous développer pendant la covid. Nous sommes reconnaissants d’avoir eu une bonne base en place dès cette époque. Cela nous a permis de faire un grand bond en avant en termes de ventes et nous avons pu maintenir ce rythme par la suite. »

Valérie : « Nous croyons en une approche omnicanale et nous pensons que nos magasins hors ligne donnent aux clients la confiance nécessaire pour acheter en ligne également. Ces six dernières années, nous avons été guidés par une agence qui nous a beaucoup appris en termes de marketing et de développement. Depuis cette année, une équipe interne et indépendante se consacre à notre boutique en ligne. Nous souhaitons que d’ici trois ans les ventes en ligne représentent le chiffre d’affaires le plus important du groupe. »

Place Reservee

Ces cinq dernières années, Marie-Marie a doublé son chiffre d’affaires, grâce à l’ouverture d’un deuxième magasin à Knokke en 2021 et à la croissance de sa boutique en ligne. Mais les sœurs ont également des projets à l’international. Récemment, elles ont lancé « Place Reservee », une marque de serviettes de plage. S’appuyant sur 45 ans d’histoire familiale, d’expertise et de connaissances dans l’industrie textile, elles souhaitent apporter un vent de fraîcheur au secteur. Laurence : « Nous lançons cette marque séparément de Marie-Marie et elle a été déposée séparément en tant que marque distincte. Nous poursuivons des ambitions internationales et nous commençons cette année par un pop-up au Bon Marche à Paris, ce qui nous donnera beaucoup de visibilité. Nous sommes toujours en plein développement de nouveaux produits et de nouvelles collections et nous continuons à construire un beau portefeuille de revendeurs en Belgique et à l’étranger. » Outre le marché grand public, Place Reservee vise également le marché B2B. Par exemple, on peut déjà voir des serviettes de plage personnalisées au Collins Club de Knokke. « En Belgique, nous sommes déjà présents chez quelques bons détaillants depuis cette saison, mais avec Place Reservee, nous avons surtout des ambitions internationales. Nous ne voulons pas dépendre uniquement des étés belges, mais regarder au-delà de nos frontières, là où le climat est plus doux et les étés plus longs. »

L’avenir de l’entreprise familiale

« Nous avons la chance de travailler ensemble et d’avoir une passion commune », a déclaré Laurence. « L’entrepreneuriat est fait d’essais et d’erreurs et, dans cette aventure, nous sommes très reconnaissantes de pouvoir le faire ensemble, en tant que sœurs. Valérie ajoute : « Nous avons souvent dit que, seules, nous ne ferions pas la même chose. Tout simplement parce que nous sommes très complémentaires. Nous avons besoin l’une de l’autre et nous en sommes conscientes ».

« Nous sommes nous-mêmes de la deuxième génération et nous avons chacune deux enfants », explique Laurence. « En silence, on pense déjà aux générations suivantes et, consciemment et inconsciemment, on agit toujours à long terme dans les différents choix commerciaux. Nous travaillons avec passion et pensons toujours à l’avenir, en créant de belles choses et en rendant les autres heureux avec de beaux draps. Nous l’avons dans le sang ! »

Daphne Dorgelo
Daphne Dorgelo
Daphne Dorgelo (1996) travaille chaque semaine pour Forbes, où elle rédige des articles sur le style de vie luxueux, le leadership, l'innovation, les tendances et, bien sûr, les entrepreneurs belges inspirants. Sa passion pour le journalisme et les médias s'est manifestée dès son plus jeune âge. Après avoir obtenu une licence en information aux Pays-Bas, elle s'est installée dans la ville belge du diamant il y a six ans, après avoir obtenu un master en journalisme à la KU Leuven d'Anvers. Cela fait maintenant huit ans qu'elle écrit en tant que pigiste pour divers magazines, dont quatre ans pour des magazines de style de vie belges tels que L'OFFICIEL, Fifty & Me et ELLE.

A la une