17.4 C
Belgique

Almine Rech : « Je n’ai jamais vécu le fait d’être une femme comme un obstacle dans le monde de l’art »

Galeriste de renommée mondiale établie à Bruxelles depuis 2008, Almine Rech occupe une position de premier plan dans le monde de l’art international et belge, exposant à la fois des artistes contemporains et des œuvres issus du patrimoine historique. Entretien avec la fondatrice, Almine Rech, et le directeur de la galerie bruxelloise, Gwenvael Launay.

Almine Rech, comment avez-vous eu l’idée d’ouvrir une galerie ? Avez-vous toujours été passionnée par l’art? 

Almine Rech : J’ai toujours été passionnée par l’art. J’ai fait des études d’histoire de l’art et cinéma. Pour moi, l’art est l’un des principaux champs dans lesquels s’exerce la liberté d’expression. J’aime développer des relations avec des artistes qui utilisent cette liberté pour contribuer à la société contemporaine. 

Vous avez cofondé la Fundación Almine y Bernard Ruiz-Picasso. A quel point Pablo Picasso continue-t-il à influencer les artistes d’aujourd’hui? 

AR : J’ai organisé une exposition en deux volets à New York sur ce sujet intitulée Echo of Picasso. Dans la galerie de l’Upper East Side, nous avons exposé des œuvres de contemporains de Picasso qui se confrontaient à son travail alors que, dans le nouvel espace de Tribeca, nous avons mis en avant des œuvres d’artistes vivants aujourd’hui dont le travail « fait écho » à l’œuvre de Picasso. Picasso a une influence de par ses nombreuses inventions en peinture et sculpture qui forment une source inépuisable pour les artistes du 21e siècle.

Installation view of The Echo of Picasso, Almine Rech New York, Tribeca, 2023 / © Timothy Curtis, Claire Tabouret, Brian Calvin, Farah Atassi - Courtesy of the Artists and Almine Rech - Photo: Thomas Barratt
Installation view of The Echo of Picasso, Almine Rech New York, Tribeca, 2023 / © Timothy Curtis, Claire Tabouret, Brian Calvin, Farah Atassi – Courtesy of the Artists and Almine Rech – Photo: Thomas Barratt

Vous avez plusieurs galeries dans le monde, dont une à Bruxelles. Peut-on parler d’une « spécificité » belge dans l’art contemporain ? 

Gwenvael Launay : Je ne pense pas que l’on puisse parler d’une « spécificité » belge dans l’art contemporain puisqu’aujourd’hui les artistes sont internationaux, ils voyagent, participent à des expositions ou foires dans d’autres pays, font des résidences, et donc ont accès à des sources et des références très diverses.

Vous organisez plusieurs expositions à Bruxelles cette année. Laquelle recommanderiez-vous particulièrement? 

GL : Nous organisons une exposition de Ryoji Ikeda en juin, un artiste japonais qui travaille avec les data au travers d’installations visuelles et sonores. Son travail trouve une place particulière dans la programmation de la galerie, puisque le premier artiste de la galerie est James Turrell – que nous avons exposé à Bruxelles en 2010. Les deux artistes, aux origines différentes, créent des expériences immersives.

Installation view of Ryoji Ikeda, data-verse 3, 2021 - DCI-4K DLP projector, computer, speakers; Audiovisual installation; 11'40, loop: Edition of 5 / © Ryoji Ikeda - Courtesy of the Artist, Audemars Piguet and Almine Rech
Installation view of Ryoji Ikeda, data-verse 3, 2021 – DCI-4K DLP projector, computer, speakers; Audiovisual installation; 11’40, loop: Edition of 5 / © Ryoji Ikeda – Courtesy of the Artist, Audemars Piguet and Almine Rech

Almine Rech, avez-vous vécu votre féminité comme un obstacle pour vous imposer dans le monde de l’art? 

AR : Je n’ai jamais vécu le fait d’être une femme comme un obstacle dans le monde de l’art ni ailleurs. Le pourcentage d’hommes faisant obstacle à une femme professionnellement parlant est à mon avis le même dans toutes les industries. Jusqu’à la fin du 20e siècle, les marchands hésitaient ou refusaient d’exposer des artistes femmes pour diverses raisons mais, au 21e siècle, ce sectarisme disparaît. Il est tout à fait possible pour une femme de faire aujourd’hui une carrière artistique. On redécouvre aussi des artistes femmes qui n’ont pas été défendues au 20e siècle : Vivian Springford, Elaine de Kooning parmi d’autres qui ont du succès aujourd’hui. Les femmes artistes savent qu’elles ont une chance de faire carrière et donc elles se lancent dans leur vocation alors qu’autrefois elles hésitaient et souvent y renonçaient.

Cet article a été réalisé en étroite collaboration avec Almine Rech.
alminerech.com

A la une