15.6 C
Belgique

Le Chant d’Eole : le plus grand domaine viticole familial de Belgique, une marque de cosmétiques et une étoile Michelin

Le Domaine du Chant d’Eole a le vent en poupe. Le domaine viticole situé en Belgique, propriété de la famille Ewbank de Wespin, a démarré en 2010 avec dix hectares de vignes plantées. À l’heure actuelle, le vignoble s’étend sur 52 hectares, ce qui leur permettra de distribuer 600 000 bouteilles dans quelques années. Les ventes augmentant en même temps que le vignoble, le moment est venu de s’étendre à l’international.

Le domaine élabore actuellement un plan stratégique pour cette expansion internationale. Mais ce n’est pas tout : les résidus de la production sont consacrés à une deuxième activité très créative et en pleine croissance, et le « tourisme viticole » a lui aussi franchi des étapes importantes.

Le Domaine du Chant d'Eole
Le Domaine du Chant d’Eole

Le Domaine du Chant d’Eole est né de la rencontre entre une famille de producteurs champenois et Louis Ewbank de Wespin, un agriculteur du Montois. En 2010, il est contacté par la famille de vignerons champenois qui lui fait une offre pour ses terres. Il refuse, mais l’idée d’exploiter ses terres pour en faire un vignoble avec le savoir-faire de la famille viticole lui plaît. Après une collaboration fructueuse, au cours de laquelle Hubert Ewbank, neveu de Louis, rejoint également l’équipe, Le Chant d’Eole entre sur le marché des vins mousseux de haute qualité en octobre 2015, en utilisant des méthodes de production traditionnelles. Entre-temps, la famille a repris les parts et le Domaine du Chant d’Éole est à nouveau détenu à 100 % par la famille.

Hubert et Louis
Hubert et Louis

Différentes lignes de production

Le Domaine du Chant d’Éole a été récompensé à plusieurs reprises : lors du Concours Mondial 2019 à Bruxelles, en Suisse, son Brut Blanc de Blancs a obtenu une médaille d’or. Parmi 260 champagnes et 500 cavas, proseccos et crémants, il a été désigné comme le domaine ayant les meilleures bulles au monde. C’est un véritable tournant pour Chant d’Éole, la Belgique étant enfin reconnue comme un pays produisant de grands vins. Outre ses cuvées traditionnelles (Brut Blanc de Blancs, Brut Rosé et Brut Réserve), sa liqueur d’apéritif (Elixir Saint Georges) et son cocktail (Eole Belgian Spritz), le domaine dispose également de deux restaurants (Brasserie d’Eole et l’Impératif d’Eole), de plusieurs salles pour des événements privés et professionnels et propose un éventail d’activités pour le grand public (afterworks, brunchs, spectacles, concerts…). Ces initiatives se portent d’ailleurs bien. Par exemple, le restaurant l’Impératif d’Eole a reçu une étoile Michelin début 2024. Cette étoile est le résultat d’une combinaison parfaite entre la cuisine unique du chef Neusy et l’emplacement unique : sur le toit du chai du vignoble du Chant d’Eole.

Benoit Neusy
Benoit Neusy

Cosmétiques de la vigne

Anne-Sophie Charle, épouse d’Hubert Ewbank, l’homme qui est devenu depuis le propriétaire de l’entreprise, a également vu un grand potentiel. Dans son cas, pas dans l’alimentation et les boissons, mais dans les cosmétiques. Maison Éole, qui a vu le jour en 2021, est une ligne de cosmétiques créée à partir des produits résiduels des vignes belges. Ces dernières sont une mine d’or en termes de concentration de principes actifs. Au cours du processus de développement, ils ont trouvé dans les vignes un polyphénol tricyclique appelé « Wine Extract³ ». Il s’agit d’un polyphénol à trois anneaux atomiques qui se distingue des polyphénols classiques par un effet antioxydant cinq fois plus puissant. Qui fait des merveilles pour la peau.

Anne-Sophie Charle
Anne-Sophie Charle

Anne-Sophie a établi trois priorités pour sa ligne cosmétique : l’engagement dans un processus de R&D innovant, la production en Belgique et l’engagement social. « Nous voulons utiliser toutes les compétences de la Belgique », déclare le propriétaire Hubert Ewbank de Wespin. « Nous travaillons presque exclusivement avec des sous-traitants belges. »

Développement durable

Associant les bêta-glucans et les acides aminés récoltés dans les lies de vin et à la richesse de l’huile de pépin de raisin, Maison Éole est une ode à la nature. « Depuis son lancement, ses ventes ont doublé chaque année, assurant une croissance durable. Aujourd’hui, Maison Éole compte 250 points de vente, principalement dans des pharmacies mais aussi dans des spas et des instituts, en Belgique, en France, au Luxembourg et en Espagne », déclare Anne-Sophie Charle.

Anne-Sophie Charle
Anne-Sophie Charle

Couple d’entrepreneurs

Il est vigneron dans leur domaine viticole, elle fabrique des cosmétiques à succès à partir des résidus du domaine viticole de son mari.

Quel effet cela fait-il de travailler en couple sur deux initiatives aussi magnifiques?

Hubert : « Le défi est passionnant car nous sommes deux managers qui s’épanouissent dans nos projets respectifs et qui sont très complémentaires. Notre priorité est de créer des entreprises qui peuvent soutenir et valoriser l’économie wallonne. Et de contribuer au développement de la région en créant de nouveaux emplois. Quant à nous, en tant que couple, nous aimons nous challenger quotidiennement dans nos domaines respectifs, confronter nos idées et faire grandir nos entreprises ensemble. Mais c’est avant tout un projet familial et collectif avec tous les collaborateurs qui nous accompagnent ! »

Comment le couple d’entrepreneurs voit-il l’avenir ?

« Bien que nous ayons commencé en 2010, nous n’attendons pas les premiers dividendes avant 2035. En attendant, nous pourrions investir dans d’autres activités pour nous diversifier. Mon oncle, avec qui je travaille, a six petits-enfants et j’ai moi-même trois enfants. Nous considérons donc le Chant d’Éole avant tout comme un investissement dans les générations futures. »

Daphne Dorgelo
Daphne Dorgelo
Daphne Dorgelo (1996) travaille chaque semaine pour Forbes, où elle rédige des articles sur le style de vie luxueux, le leadership, l'innovation, les tendances et, bien sûr, les entrepreneurs belges inspirants. Sa passion pour le journalisme et les médias s'est manifestée dès son plus jeune âge. Après avoir obtenu une licence en information aux Pays-Bas, elle s'est installée dans la ville belge du diamant il y a six ans, après avoir obtenu un master en journalisme à la KU Leuven d'Anvers. Cela fait maintenant huit ans qu'elle écrit en tant que pigiste pour divers magazines, dont quatre ans pour des magazines de style de vie belges tels que L'OFFICIEL, Fifty & Me et ELLE.

A la une