17.4 C
Belgique

L’impact de l’intelligence artificielle sur le marché de l’emploi : une nouvelle ère de candidatures en masse

Les demandeurs d’emploi postulent à un plus grand nombre de postes que les années précédentes. Selon certains, les outils d’IA générative y sont pour quelque chose.

Il y a six mois, Anshita Verma envoyait une poignée de candidatures par jour. Aujourd’hui, cette data scientist de 26 ans en envoie 10 à 15 quotidiennement, grâce aux outils d’intelligence artificielle.

« Au lieu de prendre 30 minutes pour remplir une candidature, il m’en faut peut-être 10 », explique-t-elle. Les outils de navigation à intelligence artificielle qui remplissent automatiquement les champs des offres d’emploi ont considérablement accéléré le temps qu’elle y consacre, ce qui lui permet de postuler à davantage d’emplois plus rapidement.

D’autres utilisent des programmes d’IA générative comme ChatGPT pour créer à la demande des CV et des lettres de motivation qui correspondent aux compétences et aux qualifications requises pour le poste. D’autres encore utilisent des outils d’automatisation de la recherche d’emploi tels que LazyApply et SimplifyJobs pour postuler en masse. Des outils tels que Pyjama Jobs et Talentprise, qui aident les candidats à identifier les emplois correspondant à leurs compétences, pourraient également stimuler les taux de candidature.

D’après les experts, ces outils, associés à un marché du travail plus calme et à l’inflation, sont l’une des raisons pour lesquelles les employeurs sont inondés de candidatures. Les données récentes de LinkedIn démontrent que les travailleurs aux États-Unis et au Royaume-Uni postulent à environ 15 % de postes supplémentaires par rapport à l’année dernière.

Selon Karin Kimbrough, économiste en chef chez LinkedIn, « les demandeurs d’emploi sont plus agressifs » par rapport aux années précédentes, l’IA aidant les gens à soumettre des candidatures à un plus grand nombre d’offres d’emploi. « Il y a toute une énergie autour de l’IA en ce moment, et grâce à ces outils qui vont vous aider à rédiger le message parfait avec des suggestions personnalisées, cela vous donne vraiment un peu plus de confiance pour postuler. »

Cela peut également inciter les demandeurs d’emploi à postuler de manière plus large. « Non seulement ils postulent à un plus grand nombre d’emplois, mais ils postulent également à des emplois auxquels ils n’auraient normalement pas postulé », explique Michelle Volberg, fondatrice et PDG du cabinet de recrutement Giledan 360. L’IA est comme l’outil « Easy Apply » de LinkedIn sous stéroïdes. Elle permet aux candidats du secteur technologique de postuler à des emplois dans la finance ou la santé s’il y a un chevauchement, ou de faire en sorte que leur CV semble pertinent alors qu’il ne l’est pas en réalité. »

Les experts ont remarqué une augmentation du nombre de candidatures, due en partie à l’IA, qui submerge les recruteurs, laissant les entreprises trier un flot de CV. Pour Josh Bersin, analyste du secteur des ressources humaines, cette situation entraîne « un besoin très important dans le service de recrutement d’utiliser l’IA pour classer, filtrer, rechercher et sourcer les CV ». Il a récemment publié une offre d’emploi pour un rédacteur et a reçu 300 réponses dans l’heure qui a suivi, dont « 90 % semblaient rédigées par ChatGPT ». « La charge de travail [des recruteurs] a décuplé parce qu’il est plus facile de postuler », déclare M. Bersin.

L’IA pourrait également compliquer la tâche des demandeurs d’emploi, car les candidatures assistées par l’IA placent la barre plus haut pour se démarquer et augmentent les risques de ne pas se démarquer dans le déluge. « Les gens ne trouvent pas d’emploi aussi rapidement qu’ils le souhaiteraient, ils peuvent donc ressentir le besoin de couvrir plus de bases et de postuler à plus d’annonces », explique M. Kimbrough de LinkedIn.

Kimbrough et les observateurs remarquent que l’IA n’est pas la seule raison derrière l’augmentation des demandes d’emploi et de la concurrence. Si l’on ajoute à cela le ralentissement des embauches par les entreprises, les licenciements dans de nombreux secteurs et une économie incertaine, on obtient un marché de l’emploi encore plus compétitif.

Jon Stross, fondateur et PDG de l’entreprise de logiciels de recrutement Greenhouse, affirme que le nombre de candidatures par poste a plus que doublé depuis l’année dernière. « Les chances d’obtenir un emploi restent faibles », explique-t-il, « alors les gens se demandent comment jouer avec le système ». Selon lui, l’IA joue un rôle dans l’augmentation des demandes d’emploi, mais le climat économique a également un impact.

James Neave, responsable de la science des données sur la plateforme d’emploi Adzuna, partage cet avis : « Il est probable que l’IA aide les demandeurs d’emploi à accélérer le temps nécessaire pour postuler à un emploi, ce qui pourrait signifier qu’ils ont le temps et l’énergie nécessaires pour postuler davantage. Mais en fin de compte, l’IA n’est pas la cause sous-jacente de l’augmentation du nombre de candidatures. C’est la dynamique du marché du travail ».

Getty

La croissance de l’emploi en novembre a été légèrement supérieure aux estimations des économistes, les États-Unis ayant créé 199 000 emplois, d’après le dernier rapport du Bureau of Labor Statistics. Il s’agit d’une hausse par rapport aux 150 000 emplois créés en octobre, soit le nombre le plus bas depuis janvier 2021. Il y a également eu plus de 600 000 licenciements aux États-Unis cette année, soit une augmentation de 198 % par rapport à l’année dernière. La société de recrutement Challenger, Gray & Christmas révèle que les licenciements survenus au cours des neuf premiers mois de l’année constituent la pire série de suppressions d’emplois depuis 2020 et la deuxième pire série depuis 2009.

De nombreuses entreprises utilisent des systèmes de suivi des candidats pour les aider à sélectionner les candidatures en fonction des compétences requises et à éliminer celles qui ne correspondent pas à certains mots-clés. Toutefois, certains affirment que les systèmes de suivi des candidats pourraient ne pas être en mesure de déceler les outils d’intelligence artificielle utilisés par les demandeurs d’emploi pour améliorer leurs chances d’être reconnus, entraînant un surcroît de travail pour les recruteurs et les responsables de l’embauche.

Utiliser des outils d’IA pour inclure dans son CV des mots-clés tirés d’offres d’emploi engendre l’envoi d’un nombre excessif de CV », explique Jessica Mencunas, coach de carrière. « Cela va un peu à l’encontre de l’intention [d’utiliser un ATS] : aider les recruteurs à être beaucoup plus efficaces.

Certaines offres d’emploi sur LinkedIn peuvent même se targuer d’avoir reçu plus de 1 000 candidatures. « À tel point que certaines entreprises ne parviennent même pas à traiter toutes les candidatures, c’est tout simplement impossible », explique M. Volberg.

Certains travailleurs, comme Ronny Llerena, sont toujours à la recherche d’un emploi après un licenciement au début de l’année. « C’est insensé », déclare Llerena, 25 ans, qui cherche depuis l’été des opportunités de travail à New York. « Il y a des offres d’emploi qui sont affichées pendant une journée et qui ont déjà 500 candidats. Il affirme que les outils d’IA l’ont aidé à adapter plus rapidement ses lettres de motivation à des postes spécifiques.

Il ne pense pas que l’IA soit la seule raison pour laquelle le marché de l’emploi est si compétitif, mais il affirme que l’augmentation du nombre de candidatures l’a poussé à chercher des postes en dehors de la technologie et à s’appuyer davantage sur le réseau et les recommandations. Llerena ajoute : « L’IA ne contribue certainement pas à réduire la concurrence. »

Lire aussi: Comment devenir un meilleur CEO grâce à ChatGPT?

A la une