17.4 C
Belgique

Britt et Charlotte Broekaert, deux jeunes filles à la tête du distributeur de vêtements GAB : « Un défi »

Dirigée par deux jeunes filles, le distributeur belge de vêtements GAB se porte comme un charme après presque 40 ans d’existence. Britt (26 ans), Chief Operating Officer (COO), et Charlotte (24 ans), inspiratrice de gab press, évoquent leur arrivée dans l’entreprise et les défis de l’industrie de la mode.

Group Alain Broekaert (ou GAB) est le distributeur officiel en Belgique et au Luxembourg de plusieurs marques telles que Clarks, Anna + Nina, Pepe Jeans, Scotch & Soda, Karl Lagerfeld et Love Stories. Fondée en 1986 par Alain Broekaert, la société belge compte aujourd’hui plus de 37 marques fortes dans son portefeuille, plus de 500 clients grossistes et environ 40 canaux de vente au détail propres. En mai 2022, ils ont également ouvert un showroom à Laren, aux Pays-Bas.

Le lancement de la marque Pepe Jeans London au Belux a marqué une grande percée. De plus, GAB a été le distributeur et le détaillant officiel de Tommy Hilfiger et Calvin Klein sur le marché belge pendant plus de 20 ans. Le mélange de marques et l’emplacement stratégique du showroom belge à Ternat ont contribué à sa croissance rapide.

La génération suivante

En 2015, à l’âge de 17 ans, Britt, la première fille d’Alain, a rejoint l’entreprise en tant que responsable des comptes de Tommy Hilfiger. Après quelques années, elle a été nommée directrice de la vente en gros et occupe le poste de directrice commerciale depuis 2023. Peu de temps après, la deuxième fille, Charlotte, a suivi.

Longtemps, GAB a évité les feux de la rampe et mis en avant les marques qu’elle distribue. Charlotte, qui a grandi au sein de l’entreprise, considère qu’il s’agit d’une occasion manquée. « J’étais si fière de l’entreprise que notre père avait créée. Je me demandais pourquoi nous ne communiquions pas sur toutes nos réussites. Les gens devraient vraiment connaître l’excellent travail que nous accomplissons ici ».

C’est ainsi que Charlotte a non seulement postulé pour un emploi marketing au sein de l’entreprise, mais qu’elle a créé un tout nouveau département : gab press. À 21 ans, en 2021, elle a injecté dans l’entreprise des services tels que les relations publiques, la gestion d’événements, la conception graphique et la création de contenu. Mais d’abord, il fallait un rebranding radical.

Forbes Belgique : Vous êtes très jeunes pour assumer des rôles importants dans l’entreprise familiale. Quel est votre sentiment par rapport à cette situation?

Britt : J’ai toujours été attirée par les activités de notre père. A 12 ans, je me promenais déjà dans les ventes de stock et j’essayais d’aider là où je pouvais. Après le lycée, j’ai immédiatement commencé à travailler au centre logistique et dans les boutiques le week-end. J’ai travaillé pour être là où je suis aujourd’hui. Mais en tant que jeune fille de patron, ce n’est pas toujours facile à expliquer. Je dois prouver ce que je sais faire, mais j’aime bien aussi.

Charlotte : Je ne me sens pas trop jeune pour ce métier. Après avoir étudié la gestion de la communication et acquis de l’expérience auprès de grandes marques, je n’aime rien de plus que d’être impliquée dans le marketing au quotidien. Le fait de travailler aujourd’hui en tant que responsable du marketing pour ma propre entreprise familiale me donne un défi supplémentaire, celui de me développer et d’innover en permanence, en particulier dans le domaine du marketing.

Charlotte et Britt
Charlotte et Britt (photo Camille Poelmans)

Alain est-il toujours impliqué dans l’entreprise ?

Britt : Il est toujours impliqué, surtout à un niveau plus élevé. Il cherche des locaux, passe des accords avec les marques, les contacte… Chaque semaine, nous nous réunissons une demi-heure pour répartir les responsabilités. Mais il n’est plus impliqué dans les questions opérationnelles quotidiennes.

Britt, en tant que COO, quels aspects spécifiques de l’entreprise avez-vous modifié ou amélioré depuis votre entrée en fonction ?

Britt : Beaucoup de choses ont changé. J’ai examiné les processus et j’ai demandé à Alain pourquoi nous faisions certaines choses de cette manière. Dans ces moments-là, le fait que nous soyons une entreprise familiale peut être utile, car j’ose demander tout ce que j’ai à dire. D’ailleurs, je n’utilise que très rarement le terme « COO », car nous faisons tout en équipe. N’importe qui peut arriver avec une bonne idée, et si elle est mise en œuvre, je ne vais pas m’en attribuer le mérite. L’absence de hiérarchie explique peut-être aussi pourquoi plus de 40 % des employés travaillent depuis plus de 15 ans.

Comment se présente l’avenir de la GAB sous votre direction, notamment en termes de croissance, d’innovation et de maintien de l’identité distinctive de l’entreprise ?

Britt : L’industrie de la mode est plus que jamais sous pression. Les saisons fluctuent beaucoup plus rapidement, tandis que le processus de production prend parfois jusqu’à six mois. Ainsi, lorsque nous commercialisons une certaine tendance, il se peut qu’elle soit déjà passée. Nous devons donc nous concentrer sur des questions telles que : comment construire une marque durable et forte aujourd’hui ? Comment allons-nous la distribuer en Europe et dans le monde ? Que se passe-t-il dans les magasins ? Et est-ce qu’une marque particulière a encore sa place dans notre portefeuille ? Chez GAB, nous sommes également en train d’ouvrir un centre en France et en Italie. Nous avons un showroom aux Pays-Bas et en Belgique, mais pas encore là-bas. Comment mettre en place une plateforme GAB dans ces pays et comment ensuite la développer?

Charlotte : Après le rebranding de GAB, mon objectif principal est de travailler avec l’équipe marketing pour voir s’il y a des marques qui ont besoin de relations publiques par notre intermédiaire. Nous allons bientôt recommencer à travailler avec un service de prêt, ce qui donnera aux stylistes une autre occasion d’utiliser nos marques GAB. Il est très rare qu’un distributeur de mode dispose de sa propre agence de relations publiques, ce qui permet à nos marques de bénéficier d’un service complet à 360°.

Pourquoi le rebranding est-il si important ? En quoi pourrait-il accroître la rentabilité ?

Charlotte : Pour faire ressortir davantage la GAB en tant qu’entreprise, il était important de lui donner une identité visuelle attrayante. Tout a été revu ces trois dernières années, du site web au logo, mais le fond n’a pas changé. Nous restons une entreprise familiale et le travail accompli ces quarante dernières années nous permet de dégager des bénéfices. Cependant, le rebranding nous a permis de nous faire connaître auprès de marques qui souhaitent désormais travailler avec nous. Et il a rappelé aux gens que nous sommes toujours une entreprise innovante.

Daphne Dorgelo
Daphne Dorgelo
Daphne Dorgelo (1996) travaille chaque semaine pour Forbes, où elle rédige des articles sur le style de vie luxueux, le leadership, l'innovation, les tendances et, bien sûr, les entrepreneurs belges inspirants. Sa passion pour le journalisme et les médias s'est manifestée dès son plus jeune âge. Après avoir obtenu une licence en information aux Pays-Bas, elle s'est installée dans la ville belge du diamant il y a six ans, après avoir obtenu un master en journalisme à la KU Leuven d'Anvers. Cela fait maintenant huit ans qu'elle écrit en tant que pigiste pour divers magazines, dont quatre ans pour des magazines de style de vie belges tels que L'OFFICIEL, Fifty & Me et ELLE.

A la une