17.4 C
Belgique

Les milliardaires qui aident la NASA à retourner sur la Lune

Intuitive Machines, basée à Houston, est devenue la première entreprise privée à se poser sur la surface lunaire jeudi. Elle est l’une des nombreuses entreprises financées par des milliardaires auxquelles la NASA fait appel pour débloquer la lune, réduire les coûts de l’agence et développer l’économie spatiale naissante, alors qu’elle planifie des missions dans l’espace.

FAITS MARQUANTS

La NASA travaille avec 14 entreprises américaines pour l’aider à livrer des instruments scientifiques et des technologies sur la surface lunaire dans le cadre de son programme Artemis visant à renvoyer des personnes sur la Lune.

Les neuf premières entreprises ont rejoint le programme Commercial Lunar Payload Services (CLPS) de la NASA en 2018, notamment Astrobotic Technology, basée à Pittsburgh, dont la mission Peregrine a marqué à la fois le premier lancement et le premier échec du programme après qu’une fuite de carburant a anéanti les espoirs d’atterrissage sur la lune et l’a renvoyé en catastrophe sur Terre.

Le dernier lancement du programme a eu lieu le 15 février et a été mené par Intuitive Machines de Houston, une entreprise cofondée par Kamal « Kam » Ghaffarian, qui préside son conseil d’administration et dont la valeur est estimée à 2,3 milliards de dollars générés par des entreprises liées à l’espace.

Le couple de milliardaires Eren et Fatih Ozmen, qui valent respectivement 3,4 et 3,3 milliards de dollars, a fondé et dirige aujourd’hui la Sierra Nevada Corporation, l’une des cinq entreprises ajoutées au programme en 2019, mais Sierra n’a pas encore obtenu de contrat dans le cadre de la SPLA.

SpaceX d’Elon Musk a également rejoint le dispositif en 2019 et n’a pas encore obtenu de contrat dans le cadre de la SPLC, bien que l’entreprise ait déjà conclu de précieux accords avec la NASA et que sa technologie de fusée réutilisable soit utilisée pour lancer d’autres missions de la SPLC, comme l’IM-1 d’Intuitive.

Le fondateur d’Amazon, Jeff Bezos, par l’intermédiaire de sa société spatiale Blue Origin, a également rejoint le programme en 2019. La société rattrape quasiment SpaceX et, comme la société de Musk, Blue Origin n’a pas encore obtenu de contrat CLPS.  Elle à cependant  conclu des contrats lucratifs avec la NASA pour d’autres travaux.

QUELLES SONT LES ENTREPRISES QUI ONT REMPORTÉ DES CONTRATS CLPS ?

Les entreprises impliquées dans CLPS peuvent toutes postuler pour des contrats de la NASA et, jusqu’à présent, l’agence en a attribué dix à des entreprises chargées de livrer du matériel sur la lune. Deux contrats ont été attribués à Astrobotic et trois à Intuitive, dont les missions devraient avoir lieu en 2024. La société Firefly Aerospace, basée au Texas, a obtenu deux contrats de livraison et devrait lancer la première de ses deux missions lunaires en 2024, mission pendant laquelle elle espère faire atterrir son atterrisseur Blue Ghost dans le bassin de Mare Crisium. La deuxième mission Blue Ghost,prévue pour 2026,  consistera à acheminer des charges utiles de la NASA sur la face cachée de la lune, ainsi qu’à placer un satellite de communication en orbite lunaire. La mission Draper, basée dans le Massachusetts, doit également se rendre sur la face cachée de la Lune et atterrir dans le bassin de Schrödinger en 2025. Les deux autres missions de CLPS ont été annulées après l’attribution des contrats par la NASA. L’une d’entre elles est tombée à l’eau après que la société Masten Space Systems a eu du mal à respecter le budget du projet et a fini par déposer le bilan. La société Orbit Beyond, basée dans le New Jersey, s’est également vu attribuer un contrat CLPS, mais la NASA a mis fin à l’accord après que la société a déclaré qu’elle ne serait pas en mesure de respecter les délais de la mission. L’entreprise est toujours en mesure de candidater  pour de futurs travaux dans le cadre du programme, qui comprend également le titan de l’industrie Lockheed Martin Space, Ceres Robotics, Deep Space Systems et Tyvak Nano-Satellite Systems.

TANGENT

Moon Express, basée en Floride et cofondée par Naveen Jain, faisait également partie de la première vague d’entreprises candidates aux contrats de la NASA. En 2016, elle est devenue la première entreprise à obtenir l’autorisation du gouvernement américain d’atterrir sur la Lune, où elle prévoit d’exploiter le satellite – qu’elle décrit comme le « 8e continent de la Terre » – pour en extraire de l’eau et des minéraux.

CONTEXTE CLÉ

Faire décoller des objets de la planète Terre est une entreprise coûteuse et risquée. Historiquement, les atterrissages sur la Lune et les missions plus lointaines ont été l’apanage quasi exclusif des gouvernements nationaux. Les programmes spatiaux de cinq pays seulement – les États-Unis, l’Union soviétique, la Chine, l’Inde et le Japon – ont réussi l’exploit, et trois d’entre eux ne l’ont fait que récemment (la Chine a atterri pour la première fois en 2013, l’Inde l’a fait l’année dernière et le Japon a fait atterrir sa sonde « moon sniper » en janvier dernier). En s’appuyant davantage sur les entreprises privées par le biais de programmes tels que le CLPS, la NASA espère favoriser l’économie spatiale naissante, stimuler la concurrence et réduire ses dépenses. L’agence a déclaré que les entreprises privées constitueront un élément clé de ses futurs projets pour la Lune, où elle espère faire atterrir des astronautes au cours de cette décennie et, à terme, établir une base lunaire qui servira de tremplin pour une exploration plus poussée de Mars et de l’espace lointain. La compétition entre milliardaires pour coloniser l’espace s’est avérée utile pour les objectifs de l’agence. Outre ceux qui participent au programme CLPS, d’autres personnalités fortunées telles que Richard Branson de Virgin Galactic (2,9 milliards de dollars), l’entrepreneur aérospatial Robert Bigelow et le pionnier de la cryptographie Jed McCaleb (2,7 milliards de dollars, dont l’entreprise Vast prévoit de lancer la première station spatiale privée) s’efforcent de bâtir des fortunes et d’étendre leurs empires commerciaux hors de la planète.

CE QU’IL FAUT SURVEILLER

La mission IM-1 d’Intuitive Machines est entrée dans l’histoire en devenant la première entreprise privée à se poser sur la surface lunaire (c’est aussi le premier véhicule américain à réaliser cet exploit depuis des décennies). Trois autres entreprises ont essayé et échoué avant l’atterrissage d’Odysseus : Astrobotic, dont l’atterrisseur Peregrine a brûlé dans l’atmosphère terrestre, la société japonaise Ispace, dont l’atterrisseur s’est écrasé sur la surface lunaire l’année dernière, et la société israélienne SpaceIL, qui a tenté d’atterrir sur la mer de la Sérénité en 2019.

CHIFFRE IMPORTANTS

2,6 milliards de dollars. C’est la valeur maximale des contrats CLPS de la NASA jusqu’en 2028. La NASA a déclaré qu’elle encourageait les entreprises à « faire voler des charges utiles commerciales » en plus de ce qu’elle a contracté. Outre le matériel de la NASA, Astrobotic a transporté des restes humains et de l’ADN lors de sa mission, et l’atterrisseur Odysseus d’Intuitive devrait transporter une série de sculptures de l’artiste Jeff Koons, dans le cadre d’un projet de cryptographie du NFT.

A la une